Quelque part dans le désert...

Aller en bas

Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Dim 12 Sep - 13:30

Est-ce la chaleur ou le pas de l'inconnu qui l'a éveillée? Vadaash serait incapable de le dire. Elle sent simplement qu'il n'exerce plus le même contrôle sur son esprit. Il a relâché la pression, après de longues heures d'une torture sans nom, et elle découvre, non sans mal, qu'il l'a emportée ailleurs. Il la porte dans ses bras, l'a précautionneusement couverte d'un tissu noir, pour la protéger du soleil, et elle devine à peine les contours ondulés des dunes qui s'étendent à l'infini autour d'elle. Son esprit est encore légèrement embrumé, et son corps refuse de lui répondre, mais elle peut tout de même observer les alentours, et tenter de deviner où l'inconnu l'a amenée. Elle ne reconnaît rien, cependant, et est terriblement surprise d'apercevoir, dans la ligne de mire de son porteur une gigantesque masse noire, sphérique, qui semble liée aux sables depuis bien des années. Il faut plisser les yeux pour comprendre de quoi il s'agit...Mais Vadaash ne met pas longtemps à faire le tour de la question. c'est une Arma qui se dresse devant eux. Une planète-vaisseau immense, écrasée au beau milieu d'un désert dont elle ignore le nom.
Elle ne se souvient pourtant pas d'avoir déjà entendu parler d'une telle chose. Bien sûr, ce genre de machines devait être très répandu autrefois, et il est forcément arrivé que certaines d'entre elles soient détruites, d'une manière ou d'une autre, mais dans toutes les contrées que Vadaash connaît, on ne lui a jamais soufflé l'existence d'une arma crashée en plein désert. Pourquoi n'a-t-elle pas été récupérée? Ou simplement recyclée? A qui donc appartenait-elle avant de se retrouver là, abandonnée comme un déchet inutile?
L'inconnu marche à bonne allure, il a un pas très déterminé, sûr de lui, et ne paraît pas souffrir de la chaleur qui pèse sur eux. Le soleil semble décliner peu à peu alors qu'ils entrent enfin dans la boule noire colossale par une cavité que le crash a du provoquer. Un froid glacial tombe immédiatement sur Vadaash alors que son ravisseur la dépose doucement au sol. Elle se sent oppressé par l'atmosphère qui règne dans l'arma, lourde de souvenirs douloureux, mais n'a pas le temps de s'y attarder. L'inconnu a saisi son poignet et l'entraîne derrière lui à pas rapides. Elle a récupéré le contrôle de ses jambes, c'est déjà ça! Malgré l'obscurité environnante, son "hôte" paraît se repérer sans la moindre difficulté.
Il ne faut que quelques minutes pour atteindre l'endroit où il souhaitait l'amener. Et la soy-ciel, si elle le pouvait, pousserait un cri de surprise en découvrant l'incroyable jardin qui vit entre les murs de métal de l'arma. La pièce dans laquelle ils se trouvent n'en est plus vraiment une, elle ressemble davantage a une jungle improvisée, qui a dévoré le sol et les murs, se développant grâce à un puits de lumière crée par l'écroulement du sommet de la machine. Il est étonnant que la planète sur laquelle ils se trouvent soit encore entière. L'écrasement d'une telle masse a du provoquer une incroyable vague destructrice a sa surface, et de grands dérèglements sous sa croûte. Comment la vie a-t-elle bien pu subsister ici?
L'étreinte sur le poignet de la soy-ciel se relâche, elle sent que son corps est de nouveau libre mais une sorte d'épuisement inexplicable l'envahit et ses jambes tremblent. Il serait plus prudent de s'asseoir. Son ravisseur, lui, n'a pas attendu d'invitation pour le faire. Dans un coin de la pièce a été installé un grand fauteuil, là où le sol semble encore à peu près droit et intact, où il a pris place sans un mot. Il observe la soy-ciel en silence, le visage enfin à découvert, et ses yeux rouges flamboient sous la lumière. Un rehorith, un de plus, et pourtant, il est différent des autres...











avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Vadaash le Dim 12 Sep - 14:36

[ HRP ] Deux mois après... Vive la rentrée ! ^^ Je crois que je t'avais avertie sur FaceBook, je pars faire un master à Montpellier. Je m'installe à peine, j'aurais pas encore internet chez moi là bas. Je pourrais poster le week-end, quand je rentrerais sur Toulouse... Ca va ralentir un peu la cadence, mais je ferais en sorte d'avoir internouille assez vite à l'appart' ! [ / HRP ]

Comme son ravisseur ne dit rien, Vadaash présume que c'est à elle de commencer la discussion. Prostrée par terre, elle attend d'avoir recouvré suffisamment de forces pour mettre quelques mots bout à bout.

Dans sa tête, trop de choses se bousculent. D'abord, les questions d'usage. Où ? Qui ? Pourquoi ? Gentil ou méchant ? Puis ensuite, éclaircir le contexte. Qu'est-il arrivé à Luhavi ? Pourquoi avoir "anesthésié" tous les bas-quartiers ? Comment est-on arrivé là ? Est-ce qu'on est vraiment dans une Arma abandonnée ? Qu'est-ce qu'on va faire de moi ? Toutes ces questions se mélangent, forment un chaos mental duquel Vadaash n'arrive pas à se dépatouiller. Son état de fatigue, de peur, et d'incompréhension n'aide pas à clarifier les choses.

Enfin, la Soy-Ciel parle. Sa propre voix la surprend, le son de ses mots semble irréel dans cette jungle artificielle aux résonances métalliques. Mais surtout, elle ne s'attendait pas à dire ce qu'elle entend pourtant sortir de sa bouche.


- Pourquoi le sort s'acharne-t-il sur moi ? Pourquoi suis-je trop faible pour lutter contre ce qu'il m'arrive, et pourquoi suis-je incapable d'en comprendre le sens profond ?

Vadaash redresse enfin la tête, et pose sur l'homme qui l'a amenée là un regard dépité, fourbu, mais résigné. Elle espère qu'il va répondre, et attend.
avatar
Vadaash

Messages : 425
Points : 430
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 27
Localisation : Klova

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net/douanes-f4/vadaash-florimalkinian-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Dim 12 Sep - 15:48

Hrp: no problemo, le week-end c'est déjà bien (Pis ça laissera un peu de temps à Al-Cid pour voler au secours de la belle :p!)! Tu nous diras dès que tu auras le super net définitif Smile! /Hrp


L'inconnu se redresse dans son trône de fortune et la regarde plus intensément encore. Il est évident qu'il a saisi toutes ses questions mais n'a apparemment pas envie de répondre à chacune d'entre elles.


"Quand on est une sorte d' "élu", il est évident que l'on ne peut avoir une vie tranquille tant que l'on a pas joué le rôle auquel on est destiné."

Sa voix est à la fois froide et très douce, il n'a pas l'air de vouloir du mal à son invitée d'un jour, mais Vadaash ne peut pas se sentir rassurée car leurs esprits ne semblent pas prêts à se désolidariser. Tout en lui lui inspire la crainte, il a le regard d'un tueur qui n'attend que le moment propice pour faire son travail. Et puis, il l'a enlevée! Elle seule, au beau milieu d'une rue des bas-quartiers, en usant de méthodes jamais vues jusque là!


"Tu possèdes déjà les réponses à tes questions, ce n'est pas à moi de te les donner..."

Il se lève lentement, laissant l'énorme épée qu'il a en sa possession posée contre le fauteuil, et se rapproche d'elle, en conservant cependant une distance raisonnable entre eux.

"...Tu dois les trouver seule, comme tes ancêtres l'ont fait avant toi."

Toujours ce regard perturbant, inquiétant.

"La force d'un être ne se résume pas au succès de sa lutte, mais bel et bien à sa capacité à endurer ce que le destin lui réserve. Tu es habitée d'un grand pouvoir, qui te torturera tout au long de ta vie, ou, au mieux, de cette guerre, et ce, pour bien des raisons. Tu devrais d'ores et déjà te faire à cette idée."

Ses yeux se détachent enfin de la soy-ciel, pour se poser sur le jeune arbre qui se trouve juste à côté de lui. Il l'observe longuement, sans un mot, en approche la main mais ne le touche pas, laissant à peine quelques millimètres séparer ses doigts de l'écorce, puis recule d'un pas.


"Je ne suis pas un oracle, je ne détiens pas les clés de ton avenir, mais le sang d'un être indispensable coule dans mes veines, et je sais ce qui l'attend. Tu es ici car je rêve d'un monde plus juste, et que tu es l'une des pièces de l'échiquier. Libertae a besoin de ton pouvoir pour combattre ceux que tu combats. Tu as refusé de l'activer, pourtant il le faut!"

D'un geste ample, il désigne ce qui les entoure. Cette nature improbable qui a élu domicile dans un milieu profondément hostile.

"Ici se trouve le premier Cercle de Vie. Ceux qui pilotaient cette Arma l'ignoraient, et l'ont entraînée vers sa chute. Car de cet endroit émane une force indescriptible, qui crée des déséquilibres si puissants qu'ils peuvent provoquer la destruction de toute chose, ou l'apparition d'une vie nouvelle. Tout le monde ne peut pas y accéder, mais tu es une élue, cela t'est donc possible.

Il se tourne de nouveau vers elle, et s'accroupit pour être à sa hauteur.


"Il faut que tu prennes tes responsabilités maintenant, petite Florimalkinian."
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Vadaash le Sam 18 Sep - 15:52

Bien décidée à reprendre en main la discussion, Vadaash tente de ne pas se montrer impressionnée ou intimidée.

- Trois questions. D'abord, qu'est-ce qu'un "Cercle de Vie" ? A quoi ça sert, et est-ce que ça quelque chose a voir avec moi ?

L'inconnu acquiesce en silence, comme s'il voulait dire "j'ai bien compris la question, on verra ensuite si j'y réponds". La belle Soy-Ciel attend quand même quelques secondes, pour être sûre. Son ravisseur ne répondant pas, elle reprend :

- Bon, ensuite, vous avez parlé de "Libertae". Qu'est-ce ? Ça ressemble à un nom de code d'une opération de résistance... Si ça m'implique, vous devez m'en dire plus.

Encore une fois, l'homme fait signe qu'il a assimilé la demande sans faire mine d'y répondre.

- Et enfin, la question la plus primordiale à mes yeux... Comment vous faire confiance ?
L'inconnu retrouve la parole sans que Vadaash s'y attende, et celle-ci sursaute quand elle entend le rire de son interlocuteur. Il continue :
- Comme tu es naïve, jeune fille... Me faire confiance ou pas n'est pas une option.
- Je me suis peut-être mal exprimée. Je dois être sûre d'être en sécurité, d'abord pour moi, mais aussi pour tout le monde. Vous l'avez dit, j'ai un pouvoir qui peut renverser bien des choses. Si je dois l'utiliser pour vous, je dois savoir dans quel but. Le minimum serait de me dire si vous œuvrez pour l'Empire ou pour la Résistance. Et si vous savez tant de choses sur moi, vous devez connaître mon profond mépris pour les Horusiens, ajoute Vadaash dans un tremblement. Si cet homme est à la solde de l'Empire, je ne donne pas cher de mes ailes... Elle se ressaisit et continue : N'ignorez pas que je me donnerai la mort sans hésiter plutôt que de voir mon pouvoir tomber entre les mains des Horusiens. Alors si vous voulez bénéficier de mes dons, il vaut mieux pour vous que vous arrêtiez de me considérer comme une fillette, et que vous intégriez mon libre arbitre dans vos équations.

Comme l'homme ne répond toujours pas, Vadaash enchaine :

- Alors ?... Sommes-nous du même côté ? Et si oui, comment pouvez-vous m'en persuader ?
avatar
Vadaash

Messages : 425
Points : 430
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 27
Localisation : Klova

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net/douanes-f4/vadaash-florimalkinian-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Sam 18 Sep - 17:19

"J'aimerais te dire que oui, pour te faire plaisir, ou te rassurer...Comme cela te chante, mais..."

Il se remet bien droit debout, et l'observe de haut, immobile.


"Je ne suis ni d'un côté, ni de l'autre. Je sers mon propre intérêt, celui de mes semblables, et celui d'une personne dont la vie est absolument indispensable pour que les choses rentrent dans l'ordre. Libertae est le nom que portait autrefois cette galaxie, bien avant que les Horusiens l'envahissent pour la nommer Horusia5, j'aimerais que ce nom lui revienne de nouveau, qu'elle redevienne le symbole d'espoir qu'elle était...Pour tous ceux dont la vie lui est liée...Mais il faut d'abord que je t'explique certaines choses essentielles."

Vadaash le fixe, interdite, alors qu'il s'éloigne de nouveau. Elle remarque que sous ses pas, les plantes se fanent les unes après les autres, réduites à de petits monticules de matière noirâtre, avant de refleurir instantanément.


"Commençons par les Cercles. Je suis surpris que personne ne t'en ait encore parlé. Endran, en particulier, aurait pu te dire exactement de quoi il s'agit. Je suppose qu'il a voulu te préserver en te cachant les détails les concernant...Après tout, il t'a laissé le choix, aussi stupide que cela puisse paraître..."

L'inconnu se tourne de nouveau vers elle, et s'assoit à même le sol, en dehors de la zone fleurie.

"Il existe en tout quatre Cercles de Vie. Les vieilles légendes disent que les quatre grands dieux qui régissaient cette galaxie ont été inhumés à des endroits précis, et que leur énergie continue de vivre à travers la terre. Pour ma part, j'imagine qu'il s'agit en fait de quatre entités distinctes, aux pouvoirs similaires, sans doute des membres d'une race ancienne, qui ont su enfermer leurs dons dans des "sanctuaires" pour des raisons qu'elles seules connaissaient, mais peu importe, ce n'est pas là le plus important. Ces sources d'énergie puissantes sont l'essence même de la Vie et de la Mort, comme je te l'ai dit tout à l'heure, et ils sont essentiels au réveil de ton don. Vois-tu, toutes les races de Libertae ont la même origine, et des gènes très anciens sommeillent dans chacune d'entre elles, s'exprimant à travers quelques rares individus, que l'on appelle les Elus, et qui seuls peuvent accéder aux Cercles sans risquer une mort immédiate, et violente. Les Florimalkinian ont transmis ces gènes depuis le début de leur existence, et ainsi, un pouvoir à la fois salvateur et extrêmement dangereux. Il est admis depuis toujours que les Cercles de Vie permettent aux Elus de donner à leurs dons une chance de s'exprimer, en développant leur capacité à endurer ce que des pouvoirs comme le tien peuvent leur faire subir. Car oui...Ton don est à la fois une bénédiction pour les autres, et une malédiction pour toi. Si tu venais à tenter de t'en servir sans avoir acquis la force des quatre Cercles, il te tuerait...La Nature étant merveilleusement bien faite, il te sera impossible de prétendre disposer d'un tel pouvoir tant qu'aucun des Cercle n'aura été "activé" pour toi, mais une fois que l'un d'entre eux t'aura transmis sa puissance, tu ne pourras plus faire machine arrière."

Il se tait durant quelques courtes secondes, son regard se fait plus dur et froid encore qu'il ne l'était auparavant.

"Malheureusement, les Horusiens ont eu une chance inouïe. En ignorant totalement l'existence des Cercles, ils ont découvert l'un des plus grands secrets de Libertae lorsque cette Arma s'est écrasée ici. Le pouvoir qui sommeille au coeur de cette planète a littéralement fait imploser la machine, car elle contenait un élément précieux: le sang d'un Elu très ancien, peut-être l'un des tous premiers que Libertae a portés. La collision a provoqué un chaos immense, qui a éradiqué tout ce qui vivait à la surface de Venori-Dela et l'a changée en un désert mortel. Mais du sang qui avait été versé, celui de l'Elu et de ces nombreux échantillons que les Horusiens collectaient déjà tout autour d'eux, est née une nouvelle forme de vie. C'est ainsi qu'ils ont compris...Ils ont saisi le sens profond de l'existence des races de la galaxie: comment elles avaient été créées, pourquoi, et où, en soutirant les informations aux membres les plus éminents de chaque race, des façons les plus atroces qui soient. Ils ont alors commencé leur oeuvre: l'élaboration des guerriers parfaits, que sont les Rehorith à leurs yeux; d'abord en utilisant d'autres élus pour accéder aux cercles, puis en bridant l'énergie de deux d'entre eux pour pouvoir mener leurs expériences à terme sans avoir besoin du moindre intermédiaire. Et puis, les Horusiens ont appris ton existence, un peu après la Grande Rafle d'Umbrella, lorsqu'Endran s'est sacrifié pour sauver votre peuple en se livrant à eux. Ils ont mis beaucoup de temps à trouver cette information en lui, énormément de temps, et c'est arrivé par hasard, alors qu'ils testaient leurs créations sur les esprit les plus forts....Pour se faire ils ont du utiliser l'un des premiers Rehorith qui semblait stable, et ont ensuite envoyé des hommes sur les traces de ta famille, de tes parents, ...sur tes traces...Ils ont cru te tenir pendant un temps, mais Endran s'est senti obligé de racheter sa faute, sa faiblesse, et a tout fait pour que tu sois éloignée de leurs griffes. La suite, tu la connais, à ton échelle."

Il se tait de nouveau, comme pour lui laisser le temps de réfléchir et d'assimiler tout ce qu'il vient de lui révéler, puis, après quelques minutes de silence, reprend la parole pour répondre plus précisément à la dernière interrogation de la soy-ciel.

"Tu ne pourras sans doute jamais me faire confiance. Je ne dis pas que je m'en prendrais à toi, ce n'est pas dans mon intérêt, mais au fond de toi, tu auras toujours peur. Peur que je te trahisse, que je te tue, que je sois ton ennemi, même si je te jurais que je ne le suis pas. C'est ainsi, je suis un Rehorith, la création maladroite de ceux que tu hais plus que tout au monde, et qui t'ont tout pris, et s'ils venaient à m'offrir ce dont je rêve, je ne pourrais que leur obéir. Cela t'implique dans l'équation, à moins que l'Alliance s'empresse de faire son possible pour m'aider, en te gardant près d'elle et en te protégeant. Il vaut mieux pour toi que tu me considères comme un mercenaire, qui ne donnera sa confiance qu'au plus offrant. Néanmoins...."

Il se relève encore une fois, s'approche de nouveau de l'arbre et rejoue la scène qui s'est déroulée quelques instants plus tôt, à ceci pres que cette fois, il pose la paume contre l'écorce sans la moindre hésitation. Immédiatement, le bois se flétrit, s'épuise, et se met à craquer comme si l'arbre hurlait de douleur. Une ombre noire commence à gagner chaque noeud, chaque branche, chaque racine du végétal, dont la vie s'échappe lentement, pour s'éteindre définitivement. Vadaash a l'impression qu'il l'a appelée à l'aide, sans qu'elle puisse agir.



"Il serait dommage que l'Empire dispose de mon pouvoir, n'est-ce pas?"


Dernière édition par Lysensei le Sam 25 Sep - 19:09, édité 1 fois
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Vadaash le Sam 18 Sep - 22:38

Abasourdie par la destruction de l'arbre mais aussi par l'histoire du Rehorith, Vadaash a besoin de quelques minutes pour encaisser. Elle se sent complètement perdue.
Elle finit par se lever et marche jusqu'à l'arbre qui semble calciné, et pose ses mains dessus. L'homme qui l'a emmené ici la regarde, sourire aux lèvres, en secouant la tête lentement de droite à gauche, comme s'il savait que cela ne servait à rien.


- La vie ne peut pas revenir aussi simplement qu'elle peut partir... Enfin, pas tant que tu n'apprends pas à développer ton pouvoir...

Vadaash regarde l'homme, ses paumes encore sur le bois sans vie. N'ayant pas la force mentale pour lui parler et pour affronter son regard en même temps, elle baisse les yeux avant de lancer d'un ton résigné :

- Je n'ai pas vraiment le choix, n'est-ce pas ?
- Je voudrais que tu l'aies, crois-moi.
- Vous ne m'avez pas amené ici pour rien... C'est ici que je dois commencer l'apprentissage de mon don, dans un des quatre Cercles de Vie...

Le Rehorith ne répond pas. La jeune pharmacienne retire ses mains de l'arbuste mort, laisse tomber ses bras démotivés, et trouve la force de se retourner vers l'homme pour lui dire, bien en face, dans un effort extrème :

- J'accepte. Je vais apprendre à... à faire revenir ceux qui sont partis.
Mais qu'est-ce qu'il me prend ? se demande Vadaash quand elle entend ses mots, quand elle réalise ce qu'elle dit. Pourquoi est-ce que je m'engage là-dedans ?!
- Comment dois-je m'y prendre ? demande la Soy-Ciel alors qu'elle ne comprend toujours pas ce qui la pousse a accepter son pouvoir.
avatar
Vadaash

Messages : 425
Points : 430
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 27
Localisation : Klova

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net/douanes-f4/vadaash-florimalkinian-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Sam 18 Sep - 22:58

"Commence par cesser de douter..."

Le rehorith saisit le poignet de Vadaash. Sa main est brûlante, mais le contact reste doux. Il semble manipuler la soy-ciel comme un objet fragile, mais elle sait qu'il pourrait faire basculer les choses en un rien de temps. Lentement, il l'amène sous la lumière, là où les plantes sont plus nombreuses et plus vivaces. D'un appui sur son épaule, il l'invite à se placer à genoux, puis s'accroupit devant elle.


"On ne peut maîtriser la Vie sans connaître la Mort."

Toujours aussi doucement, il glisse ses mains des deux côtés de le gorge fine de Vadaash, puis plante son regard rouge dans le sien.


"N'aie pas peur, je ferai tout pour que tu souffres le moins possible. Maintenant, vide ton esprit, oublie tout ce que tu sais de la vie, de la matière, et du reste...Ca ne prendra qu'un instant..."
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Vadaash le Mar 28 Sep - 22:30

[HRP] Y'é le 'ternet à Montpellieeeeer ! ^^' [/HRP]

La Soy-Ciel ne comprend pas pourquoi, mais elle se laisse faire. Une part de son esprit lui hurle de protester, de se débattre...
Oui, petite voix, je t'entends, et je sais que tu as raison...
Mais Vadaash ne peut pas lutter, ni au point de vue physique, ni sur le plan mental. Les mains chaudes de son ravisseurs serrent sa gorge alors que la jeune fille se rend compte que les yeux de l'homme lui envoient un regard étrange, à moitié compatissant, comme pour s'excuser, et à moitié surpris et reconnaissant du calme dont fait preuve la belle.
Vadaash ne sent plus que la chaleur qui encercle sa gorge, ne voit plus que les yeux du Rehorith. Elle se rend compte qu'elle ne soufre pas.
avatar
Vadaash

Messages : 425
Points : 430
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 27
Localisation : Klova

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net/douanes-f4/vadaash-florimalkinian-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Jeu 30 Sep - 9:59

Et puis quelque chose de différent finit par se produire.
Vadaash comprend qu'il ne comptait pas l'étrangler, l'étouffer, comme si cela n'était pas suffisant pour venir à bout d'une soy-ciel. Des flashs dans son esprit. Elle le revoit approcher sa main de l'arbre, mais s'arrêter. Elle revoit les plantes mourir sous ses pas, puis renaître. Elle revoit l'onde noire se propager dans l'écorce suite à un simple contact. Son pouvoir est intuitif, incontrôlable, il suffit qu'il touche un être vivant pour l'emporter, et pourtant, elle, il l'a tenue plusieurs fois, et rien ne s'est produit...Vadaash comprend. Leurs pouvoirs sont opposés, ils ne peuvent agir directement l'un sur l'autre, cela nécessite de la conviction et un certain don de soi. Si elle ne souffrait pas jusque là, c'est simplement car il se concentrait.
Les yeux du Rehorith flamboient. Ils ne sont plus seulement rouges, ils brillent comme deux pierres incandescentes.Son regard la transperce, et lève en elle un sombre vent de terreur. C'est tout son corps qui réclame la fuite, qui se prépare au pire. Mais Vadaash a accepté. Elle doit se tenir à son engagement, et surpasser sa peur...Ou au moins la tolérer.
La chaleur sur sa gorge s'amplifie. Elle devient un sensation de brulure intense. Vadaash a l'impression que quelque chose traverse sa peau par chacun de ses pores, et son sang se met à bouillir. Son cou, sa poitrine, ses bras, ses jambes, peu à peu, le feu gagne tout son corps, et elle ressent l'irrépressible envie de se débattre. Mais il la tient, il est fort, elle ne pourrait même pas le forcer à la lâcher. Elle sent les larmes lui monter aux yeux, dégringoler sur ses joues, alors que la brulure se transforme en un fourmillement insupportable. C'est comme si des milliers d'insectes grouillaient sous sa peau. Ca y est, ils la pincent et la mordent, ils sont en train de la dévorer.
Vadaash panique. Ses deux mains agrippent les poignets du rehorith, qui demeure impassible, et elle enfonce ses ongles dans sa peau, en espérant le déconcentrer. Mais rien n'y fait. Un étau se referme autour d'elle, une corde fine et tranchante qui serre et serre encore. Elle lâche un premier cri, puis un autre, et cède enfin aux hurlements qui se voudraient libérateurs. Si seulement ses organes n'étaient pas à ce point compressés! Ils vont exploser! Ils vont exploser et elle va mourir! Non! Elle ne veut pas! Pas encore! Pas maintenant! Elle n'est pas prête!
Son regard se détache de celui du rehorith, pour tomber sur ses propres mains. Elles sont noires, nécrosées, comme celle d'une morte. Est-ce la réalité? Ou un mauvais tour de son esprit? A cet instant, elle ne peut pas y réfléchir. Elle a mal, beaucoup trop mal.
Son souffle s'était accéléré. Son coeur battait sourdement contre ses tempes. Mais elle sent une main invisible se saisir de ce dernier. Elle l'enserre dans ses doigts épais, avec une infinie cruauté, pour le faire taire. Le rythme ralentit, Vadaash suffoque. Elle n'entend plus rien: ni ses propres hurlements, ni le bruit des vêtements qui se froissent alors qu'elle tente toujours de se libérer. Plus rien à part ce coeur qui s'éteint, lentement, et cette voix grave, lointaine, persistante, dont elle ne saisit pas les mots. Est-ce qu'on lui parle?
Elle est aveugle. Il n'y a plus de rehorith, plus d'arma. Les deux lumières rouges se sont éteintes. Seule persiste la végétation sous ses pieds. Elle est debout. Quand s'est-elle relevée? Et qui sont ces gens qui... Un rêve?
Vadaash se frotte les yeux, bien loin de comprendre ce qui lui arrive. Elle est dans une jungle luxuriante, accompagnée par un groupe de personnes qui semblent captivées par un seul homme. Elle observe ses voisins. Sur sa gauche, un homme de taille moyenne, athlétique, au profil sévère. Sur sa droite, une jeune femme grande et mince, à l'air doux. Il y en a d'autres, derrière elle, plus silencieux que des morts. Tous écoutent le soldat qui se tient devant eux.
Il est imposant, très grand, aux épaules exceptionnellement larges. Il porte une lourde armure des temps anciens, de celles que l'on ne peut guère voir ailleurs que dans un musée d'Altalavir, et une hache titanesque, dont le tranchant semble briller d'une lueur bleutée. Son regard est dur, ses traits sont marqués, carrés, ponctués de cicatrices. Dans son cou remonte une sorte de tatouage violacé, qui grimpe sur ses joues et y dessine des arabesques parfois anguleuses. Ses cheveux gris ne peuvent dissimuler ses longues oreilles percées d'anneaux épais. Il s'adresse d'une voix grave à la foule.


"Mes frères! Reyos! Ceci est ma contribution à l'épanouissement de Libertae! Moi Arkhmen-Soy, fils de Lora et Juntal, je me sacrifie ici pour préserver votre avenir! Veillez sur ce monde comme les Anciens l'ont fait avant vous!"

La jeune femme qui se tenait à droite de Vadaash s'avance, et pose un genou à terre, puis se redresse et fait face au guerrier.


"Ta mémoire sera honorée à travers les âges. Dit-elle. Il n'y aura pas un jour sans qu'une offrande te soit offerte.
-Sois bénie, Livan, toi qui porte sur tes épaules le destin de tout un peuple."

Arkhmen-Soy se rapproche d'elle et pose une main sur son épaule, avant d'ajouter, dans un murmure:


"N'aie pas peur, tout ira bien."

Puis il recule d'un pas, plus digne et fier qu'une statue de marbre, et s'agenouille en silence. Autour de lui le sol semble s'illuminer. Les plantes environnantes deviennent plus vigoureuses. Il pose ses mains à plat contre la terre, prend une profonde inspiration, et la lumière semble émaner directement de sa personne. Un cri. Son cri. Puissant à en faire trembler la forêt entière. Une lueur intense, et Vadaash se retrouve brusquement ailleurs.
Elle se trouve dans un parc, près d'une fontaine. Non loin d'elle, sur un banc, une femme débarbouille le visage d'un enfant. Ces longues oreilles, ces cheveux bruns, ces traits d'une finesse incroyable...C'est une reyo. Mais cet enfant, est-ce vraiment le sien? Ses cheveux à lui sont d'un blanc éclatant. Il a les yeux violets et une longue marque de naissance part de sa main pour disparaître sous les plis de sa chemise. Il rit. Elle aussi. Ils ont l'air profondément heureux. Vadaash les envie, sans le vouloir. Elle aurait aimé pouvoir mener cette vie, mieux connaître ses parents, rire avec eux de cette façon.
La jeune femme se tourne vers elle. Elle semble la regarder, et la soy-ciel, surprise, en sursaute. Mais quelqu'un passe à ses côtés et se rapproche du banc.


"Bonjour Livan!"

Le petit garçon se lève d'un bond et sourit.


"Bonjour madame!
-Toujours aussi poli, Solos!" Souffle Livan en passant une main gracile dans les cheveux blancs.

Elle se tourne vers la fontaine. Son ventre est arrondi et elle paraît sereine. La mère du garçon sourit, l'air attendri:

"Alors, c'est pour bientôt?"


Vadaash ouvre les yeux. Le rehorith est assis près d'elle, il la surveille en silence. Son expression n'a pas changé, il paraît toujours aussi froid, sans être hostile. Combien de temps s'est écoulé? Est-elle vraiment morte? Que signifie ce qu'elle a vu?
A peine éveillée, la soy-ciel se sent déjà harcelée de questions. Son corps endolori, ankylosé, ne semble d'abord pas prêt à lui répondre, puis elle parvient à se redresser. Le jardin est toujours là. L'arbre a retrouvé toute sa vigueur. On dirait qu'une brise fraîche parcourt l'arma pour la rendre plus vivante.


"Ca va aller?"

Il enchaîne sans lui laisser le temps de répondre:

"Je suis désolé, mais c'est un passage obligatoire pour accéder à l'intégralité de tes dons. Un autre élu m'a dit que chaque mort était plus douloureuse que la précédente, j'espère que cela ne sera pas le cas en ce qui te concerne..."

Il baisse les yeux, comme s'il cherchait quelque chose au sol.

"Tes amis sont sur la planète. Hiro est avec eux, il ne devrait pas tarder à arriver. Ne t'inquiète pas, il ne te fera rien tant que je serai avec toi, et suivra mes instructions s'il devait rester à tes côtés, pour une raison ou pour une autre. Je suis peut-être en mesure de répondre à certaines de tes questions tant que nous sommes seuls, alors n'hésite pas."


Dernière édition par Lysensei le Mer 6 Oct - 17:02, édité 1 fois
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Mer 6 Oct - 15:28

Voilà, c'est édité^^! En espérant que tu y trouves ton compte. Profites-en, il ne sera pas toujours là pour te renseigner et je suis sûre que tu as mass idées de questions à poser :p!
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Vadaash le Mar 12 Oct - 18:10

Vadaash n'est plus capable de parler. Trop de choses s'emmêlent dans sa tête : des incompréhensions à éclaircir, des doutes sur cette "mort", des raisons obscures qui l'ont poussé à accepter l'apprentissage de son don, des souvenirs enfouis, et même soupçon de doute quant à la réalité de cette expérience : est-ce que ça aurait pu être un rêve ? La belle Soy-Ciel, désemparée, espère que le Rehorith va s'apercevoir de lui-même que Vadaash est trop choquée pour poser les questions. Et étrangement, à peine cette pensée a-t-elle germé dans l'esprit de la blonde que l'homme s'infiltre avec douceur dans le cerveau de l'Élue. Vadaash le sent décortiquer méticuleusement ses pensées troublées, comme s'il effectuait une fouille complète tout en faisant attention à ne rien casser, ne rien déplacer, ne pas laisser de trace de son passage.

Alors que Vadaash s'allonge sur le sol verdoyant et moussu, elle sent le Rehorith classer ses interrogations par ordre d'importance, comme s'il prévoyait déjà que le temps manquerait pour répondre à certaines d'entre elles. Dans l'ordre, il avait dépêtré de l'esprit de la Soy-Ciel les questions suivantes :


Tout d'abord... "Chaque mort est plus douloureuse que la précédente"... Je vais encore devoir subir cette... chose ? Combien de fois ?!
Qu'est-ce que je dois faire pour continuer d'apprivoiser mon don ? Je dois trouver les trois autres Cercles de Vie ? Où sont-ils ?
Vous avez mentionné un autre Élu... Qui est-il ? Peut-il m'aider dans mon apprentissage, me conseiller ?
Ce que j'ai vu... Qu'est-ce que ça représentait ? Est-ce vous qui l'avez provoqué ?
Est-ce que mes compagnons vont bien ? Monsieur Al-Cid a-t-il pu délivrer son frère ? Quand seront-ils là ? Et pourquoi Hiro est-il avec eux ?! Il veut me tuer !


Alors que le Rehorith s'apprête à répondre à cette première salve de questions, Vadaash se rend compte qu'il n'a même pas daigné sélectionner "puis-je tout arrêter maintenant ?", dont la réponse semble primordiale à la Soy-Ciel. S'il dédaigne la question, songe-t-elle, c'est que je devrais même pas me la poser... J'ai donc dépassé le point de non-retour...
avatar
Vadaash

Messages : 425
Points : 430
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 27
Localisation : Klova

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net/douanes-f4/vadaash-florimalkinian-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Mar 12 Oct - 19:40

Le calme se reflète dans toute l'attitude du rehorith. Il est évident qu'il n'a rien à envier à ses semblables, qu'il est profondément différent d'eux, même si leurs origines sont les mêmes. Il met plusieurs secondes à décider s'il va imiter ou non la soy-ciel, puis s'exécute sans un mot, plaçant les bras derrière sa nuque afin d'être installé de la façon la plus confortable possible. Ses yeux fixent le ciel à travers le trou béant qui perce l'arma et les baignent tous deux de lumière. Pour la première fois, il s'adresse à elle par la pensée:

"Tu n'as pas de chance, Vadaash Florimalkinian. Je n'aimerais pas être à ta place...A chaque fois que tu activeras un Cercle, il te faudra mourir, puis renaître, jusqu'à ce que ton corps et ton esprit soient prêts à assumer pleinement ton don, il te faudra donc recommencer encore trois fois. J'ignore qui te tuera la prochaine fois, mais la Mort provoque des douleurs très diverses. Le problème est que plus tu activeras de Cercles, plus ton corps et tes dons seront forts. Ainsi, à moins que tu tombes sur un être extrêmement puissant, celui qui mettra fin à tes jours devra redoubler d'efforts pour y parvenir, et pour toi cela sera donc de plus en plus douloureux. En revanche, il se peut que tes sens s'habituent à la douleur physique et que la souffrance devienne purement psychologique, ce que je ne te souhaite pas. Mais c'est une hypothèse qu'il ne faut pas écarter..."

Son souffle est lent et régulier, il paraît véritablement détaché de toute chose, et pourtant, Vadaash sait qu'il est sincère.

"Il ne te sera pas difficile de trouver les autres Cercles de Vie, si tu sais à qui t'adresser. Leur existence n'est pas secrète, mais leurs positions le demeurent, afin qu'ils ne soient pas la cible de mauvaises intentions. Les races les plus anciennes sauront te guider vers eux, ainsi que certains Elus. En ce qui me concerne, je connais les emplacements de deux cercles: celui dans lequel nous nous trouvons, et un autre, tenu par les Horusiens, à la surface de Soraya. J'ai longtemps soupçonné l'existence de l'un d'entre eux sur Umbrella, mais n'y ai jamais rien trouvé, j'imagine que l'énergie particulière de cette planète n'a rien à voir avec les Cercles, ou que celui qui s'y trouve peut-être est incroyablement bien caché. Oriente-toi vers les bonnes personnes et elles te guideront vers ta destinée. A commencer par cet Elu dont je t'ai parlé. Tu l'as déjà rencontré, ainsi que son frère, sans même soupçonner qu'ils puissent être comme toi. Malheureusement, quelqu'un s'est employé à vouloir l'éliminer, et ses jours sont comptés, comme pour beaucoup d'autres membres de sa race. Son nom est Solerian, si la maladie ne l'emporte pas bientôt, alors il choisira de mettre un terme à son existence, par tous les moyens possibles. Il t'aidera si tu le lui demandes, c'est dans sa nature. Mais plus pour très longtemps...Il n'a pas pu activer tous les Cercles, son corps était déjà bien faible lorsqu'il a tenté d'y parvenir, quant à son jumeau, c'est son esprit qui n'a pas passé les épreuves. Cependant, ils seront tous deux de bon conseil, si tu sais comment leur parler. Ce sont les derniers Elus de ceux que vous appelez "Altalaviriens", ils vont emporter leurs dons avec eux lorsque leurs vies s'achèveront, c'est la loi de la nature."

Il tourne la tête vers elle, et l'observe, comme s'il voulait connaître sa réaction avant de reprendre:


"J'ignore ce que tu as vu, car tu étais morte lorsque c'est arrivé. Solerian m'a parlé de "visions", qu'il m'a racontées en détail. Nous en avons déduit qu'il s'agit de souvenirs, des pensées, que ceux qui ont crée les Cercles ont laissés derrière eux, emprisonnés dans leurs pouvoirs. Ils portent les noms des Dieux que vous vénérez, c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai moi-même du mal à croire en l'existence de la moindre entité "supérieure". Les êtres qui ont conféré leurs pouvoirs à la terre sont morts, je ne pense pas qu'ils puissent accompagner qui que ce soit à présent, ni que des prières puissent les appeler à aider ceux qui vivent encore. Mais ce n'est que mon point de vue, chacun est libre de croire en ce qu'il veut. Tu remercieras sans doute ta déesse d'avoir préservé la vie de tes amis, mais c'est auprès d'eux que tu devras te renseigner pour le reste, je ne détiens pas les détails de leurs vies. Seul Hiro pourra venir ici, car il possède du sang d'élu, les autres vont devoir vous attendre plus loin. Il est avec eux car j'ai réussi à le convaincre de quitter l'empire, et qu'il a besoin d'un maître. C'est ainsi, il ne peut vivre sans dominant, pour le moment. C'est tout naturellement qu'il s'en est allé trouver Endran après avoir réfléchi, puis quitté l'arma4. Nous en avons discuté tous les trois, et il est prêt à aider l'alliance tant qu'elle le défendra contre ses anciens maîtres et lui offrira un refuge convenable. J'espère que mon action attendra également le coeur de ses trois frères. Tant que je serai là, où qu'un de ses supérieurs restera à tes côtés, Hiro ne te fera rien. Il n'agit pas sans ordres, le tout est de bien l'encadrer. Si je parviens à rallier son frère, Hunter, à ma cause, alors plus rien ne pourra rappeler les Rehorith vers les Horusiens. En attendant, il te faudra tolérer la présence de Hiro et lui accorder ta confiance, autant que cela te sera possible."

Comme Vadaash s'y attendait, le rehorith élude sa dernière question. Il n'y a plus de doute à présent: son destin est scellé, quel qu'il soit.


"Il est à l'entrée de l'arma." Reprend son accompagnateur à haute voix, et en se relevant.

Il se tourne ensuite de nouveau dans sa direction et lui tend une main amicale, afin de l'aider à se remettre debout. Les choses se sont passées très vite, mais même si Vadaash aimerait avoir plus de temps pour tout encaisser, elle va devoir faire abstraction de ses incertitudes, et continuer à avancer, avec ce qu'elle sait à présent.

avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Vadaash le Dim 17 Oct - 17:23

Vadaash se laisse relever par la main tendue du Rehorith. Tout en encaissant la foultitude d'informations que celui-ci lui a délivré, Vadaash pense à autre chose :

- Si j'ai bien suivi... Vous m'avez tué, et je suis revenue. J'ai une dernière question... Si quelqu'un, ou quelque chose, me... Eh bien, me tue encore... Mais en dehors d'un cercle de vie... Qu'est-ce qui se passera ? Je mourrai définitivement, n'est-ce pas ?
avatar
Vadaash

Messages : 425
Points : 430
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 27
Localisation : Klova

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net/douanes-f4/vadaash-florimalkinian-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Dim 17 Oct - 17:48

"En effet."

Il ne la quitte pas des yeux, comme s'il veillait sur une bougie qui ne doit surtout pas s'éteindre.


"En revanche, il y a une petite chose qu'il te faut savoir: il est possible que les Cercles de Vie te rejettent si tu n'es pas à la hauteur. Dans ce cas, même en mourant en leur sein, tu ne te réveillerais pas, à moins d'être accompagnée de la bonne personne. Renseigne-toi bien avant de te lancer vers l'un d'entre eux: certains dégagent moins de puissance que d'autres, il vaudrait mieux que tu fasses les choses dans l'ordre, dans l'intérêt de tout le monde."

Il ne lâche toujours pas de sourire. Sa froideur est dérangeante mais lui va néanmoins comme un gant.
A peine a-t-il prononcé ces quelques mots qu'Hiro fait son apparition en bordure de la pièce. Il est hirsute, souffle comme un crocodile qui aurait couru un marathon et sue à grosses gouttes. Son regard s'attarde brièvement sur Vadaash puis se tourne vers le rehorith inconnu. La soy-ciel ne ressent pas la même menace que la première fois qu'elle l'a rencontré. Il ne dégage qu'une animosité modérée et n'a pas l'air de lui porter autant d'intérêt qu'auparavant.


"Bon sang, mais quel enfer! Qu'est-ce que c'est que ce bled pourri!? J'ai cru que j'allais me liquéfier avant d'arriver ici!"

Il s'avance un peu, reprenant peu à peu son souffle et sourit presque gaiement.

"Content de te revoir en un seul morceau ma jolie! Ca m'aurait bien embêté de te ramener au petit bourgeois en pièces détachées! -Un regard respectueux vers le second rehorith- Bon boulot mon pote, j'ai bien cru que..."

Hiro s'interrompt. Tous deux tournent la tête dans la même direction et leurs yeux évoquent brusquement une inquiétude inhabituelle.

"Il est là...
-Pas cool..."

avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Vadaash le Dim 17 Oct - 22:46

- Qui ? Hein, qui ? Qu'est-ce qui se passe ?! Demande une Vadaash paniquée. Elle n'est pas encore bien remise de ses émotions (elle vient quand même de mourir) et le malaise qu'elle éprouve augmente encore son stress. En même temps qu'elle demande de qui il s'agit, elle sonde les alentours par l'esprit, mais ne trouve rien ni personne. Pas étonnant, pense-t-elle. Pour faire paniquer deux Rehoriths, il doit s'agir de quelqu'un de vraiment, vraiment très fort...
avatar
Vadaash

Messages : 425
Points : 430
Date d'inscription : 08/06/2009
Age : 27
Localisation : Klova

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net/douanes-f4/vadaash-florimalkinian-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Lysensei le Lun 18 Oct - 10:27

"Luvian. Répond Hiro, du tac au tac, avant de se tourner de nouveau vers son congénère.C'est normal?
-Non. Je me demande ce qu'il fait ici.
-Dans tous les cas, il est pas là pour nous, sinon il serait déjà collé à nos basques! On s'en va?"

Le sourire embarrassé d'Hiro traduit clairement son anxiété, mais l'autre rehorith reste de marbre.


"Quelqu'un le retient dans le dôme d'où tu es venu...Vos compagnons s'y trouvent toujours, n'est-ce pas?
-Ben oui, où veux-tu qu'ils soient!? Ils allaient pas sortir avec ce cagnard!
-Calme-toi.
-Je fais ce que je peux! J'ai pas vraiment envie de recroiser ce type et ça me fout la trouille!
-J'espère que tu ne comptes pas abandonner tes amis sur cette planète.
-C'est pas mes amis!
-Hiro..."

L'inconnu a désigné Vadaash du regard, et Hiro la fixe pendant quelques secondes, dubitatif. Durant ce court instant, la soy-ciel se demande s'il va vraiment prêter intérêt à ses sentiments. Au final, même après qu'il a baissé les yeux, elle est bien incapable de le deviner. L'autre reprend la parole:


"Tu as un véhicule, et de la place pour trois?"

Hiro pince les lèvres. Il n'est pas convaincu que la solution proposée à demi-mot par son semblable soit la bonne, mais il sait au fond de lui qu'il a enfin une bonne occasion de faire ses preuves en tant que membre de la Résistance.


"Oui." Répond-il à contre-coeur.

Le second rehorith se tourne vers Vadaash.


"Allons-y."

*Dôme-base 2, entrée F4.*
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 31
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelque part dans le désert...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum