Un quelque chose loin d'être fini...

Aller en bas

Un quelque chose loin d'être fini...

Message  Lorevine le Mar 20 Sep - 19:05

Alors voilà, un jour où je n'avais plus internet y a quelques mois de ça, je me suis retrouvée avec un énorme besoin d'écrire et rien pour l'assouvir, ainsi qu'une grosse envie de rp avec Lorevine. Donc je me suis dis... Pourquoi pas...
J'ai commencé alors à écrire l'enfance de Lorevine dans la cité des Reyos. C'est loin d'être fini, y a tellement de choses à lui faire faire et lui faire dire !

On commence à ses 10 ans histoire d'avoir un aperçu des relations qu'elle a avec ses parents et diverses choses, et puis vienne quelques bonds dans le temps. Sachant qu'elle a été banni à ses 15 ans, il me reste une année de conneries qu'elle aurait fait à écrire et puis ensuite son bannissement et puis encore ses huit ans sur Hoshal ! Enfin comme elle s'est pas mal fait chier là bas, il n'y aura que des moments clés. Et puis on comprendra au fil de ses rencontres et de son histoire pourquoi elle est devenue Lorevine ! Enfin, ça va me faire beaucoup de pages du coup x)

Donc voilà le début que je retravaillerais sûrement au fur et à mesure que j'avancerais et relirais. Et bien sûr, je vais certainement, un peu plus tard, avoir besoin de renseignements de notre Mj préférée pour certaine chose mais pour le moment ça va, l'escapade de Lorevine sur Umbrella m'aide énormément x)




Chapitre 1

Elle tenait solidement ce morceau de bois entre ses petites mains, et juste devant elle se dressait ce redoutable pilier de pierre qui soutenait une arche rejoignant le mur intérieur de la cité. Elle paraissait minuscule à côté de lui, du haut de ses dix années. Ses yeux bleu légèrement plissés, sa voix enfantine rompit brusquement le silence et dans ce même instant, la petite chargea le géant immobile.

- Tu vas mourir !!!!


Au moment de passer à côté de l’immense pilier, elle le frappa de toutes ses forces avec le morceau de bois qui, sous le choc et le manque de maintient, s’échappa des mains de la Reyo. Elle s’arrêta, posant alors ses poings sur ses hanches d’un air mécontent et contrarié.

- Un jour, mon arme tombera plus, j’vais devenir forte ! Tellement forte que j’te casserais en deux !

Elle semblait tellement déterminée… Les sourcils froncés, elle regardait le morceau de bois au sol qui pour finir se retrouva projeté un peu plus loin par un bon coup de pied, la douleur l’assaillit mais elle l’ignora.

Les heures défilaient et la lumière du soleil artificiel de la cité souterraine commençait à faiblir, pendant tout ce temps, la petite Reyo s’était acharnée sur ce pilier et parfois sur le vide qui l’entourait, cherchant le bon maintien, la bonne position, les bons gestes, jusqu’à ce que la fatigue la gagne et qu’elle réalisa le temps passé depuis son arrivée.

- J’vais être en retard ! J’vais m’faire disputer !


Elle rangea ce qu’elle considérait comme son arme dans la petite cabane qu’elle s’était construite, empruntant du bois qu’elle avait pu trouver sur son chemin, un marteau abandonné dans un vieux hangar, et quelques clous arrachés un peu partout dans la cité. Elle abaissa le fin voilage de la porte avant de placer devant celle-ci une grande planche. La petite jeta un coup d’œil aux alentours avant de partir en courant. Elle arriva chez elle, bien des minutes plus tard, essoufflée et en sueur, s’arrêtant devant la porte, les mains sur les genoux, penchée en avant. Mais au même moment, une voix la fit sursauter.

- Lorevine… Où étais-tu encore passée ? Tu as vu dans quel état tu es ? Ce n’est pas très digne d’une jolie petite fille.


La Reyo se retourna avec un grand sourire angélique et sauta dans les bras de son père. Il était assez grand et plutôt bien bâti, surtout pour un simple commerçant, ses yeux bleu contrastaient énormément avec les cheveux noir qui tombaient sur ses épaules, ainsi qu’avec son teint mate qui lui mettait en valeur.

- Papa ! Tu sais, c’est pas très digne non plus de jouer à la poupée comme font les autres, j’trouve ça bête de jouer avec ça, ça sert à rien et c’est trop ennuyeux et puis c’est plus d’mon âge !

L’homme sourit et embrassa le front de sa fille avant de la reposer par terre.

- Allez, vas te préparer, tu prends ta douche et tu viens à table, ta mère ne va pas être très contente si tu y vas comme ça. Et n’y reste pas une heure !

Lorevine s’exécuta sans discuter, disparaissant dans la maison en courant. Le Reyo entra à sa suite, refermant sans bruit la porte derrière lui, il posa ses affaires, ôta sa veste qu’il accrocha au porte manteau, laissant ses chaussures dans le meuble à côté de l’entrée qu’il avait confectionné lui-même à cet effet.
Il passa ensuite dans la cuisine, s’appuyant contre le montant de la porte en croisant ses bras sur son torse, et observait, en silence, sa femme œuvrer avec concentration. Un sourire sur les lèvres, il se décida à s’approcher, glissant ses mains sur les épaules fines de la Reyo et déposant un baiser contre sa nuque.
Mais elle restait imperturbable, lâchant juste un soupir agacé. Elle était plus petite que son époux et son physique n’avait rien à envier aux autres femmes, de long cheveux châtains souvent attachés et remontés en chignon, des yeux gris légèrement en amande, un visage aux traits fins mais trahissant tout de même une certaine sévérité.

- Je l’ai entendu rentrer… Elle était où encore ? Au lieu de disparaître comme ça, elle pourrait m’aider un peu dans la maison… Il faudrait qu’elle apprenne ce qu’est la vie et la valeur des choses.

- Arrête de t’énerver ainsi. Syato massa légèrement les épaules de sa femme avant de la retourner tout doucement et de soutenir son regard. Tu sais bien que cela ne sert à rien avec elle, elle est encore jeune et insouciante, mais si tu y tiens, je l’emmènerais avec moi au commerce.

La jeune femme acquiesça d’un signe de la tête avec un très léger sourire avant d’embrasser son époux et de l’enlacer. Elle s’excusa ensuite de s’être emportée et sollicita l’aide du Reyo pour mettre les couverts.
Plusieurs minutes plus tard, tout le monde était à table, le repas se passa calmement, chacun racontait sa journée, ce qu’ils avaient vu, ce qu’ils avaient fait, la petite fille n’hésitant pas à mentir… Jusuq’au moment où Syato annonça alors à la petite Reyo ce qu’ils avaient décidés pour elle, pour les temps à venir.

- Oh non ! S’il te plait, pas ça ! Protesta Lorevine.
- Je ne te laisse pas le choix, j’ai besoin d’un peu d’aide en ce moment et puis tu verras du monde et ça t’occupera.

La mine boudeuse, l’enfant termina son repas, ne décrochant plus un mot de la soirée, d’ailleurs, juste après le dessert, elle fila directement dans sa chambre, sans que personne n’ait à le lui dire. Non, travailler, elle n’en avait pas envie. Elle n’avait pas envie de voir du monde, elle, ce qu’elle voulait, c’était s’entraîner. Elle voulait devenir forte, pour pouvoir un jour participer aux Arènes. Et elle n’allait pas y arriver en travaillant dans un commerce !
Allongée sur le lit, recroquevillée sur le côté, elle regardait le mur, réfléchissant à une solution pour échapper à la tâche qui l’attendait, cherchant un moyen pour pouvoir continuer à s’entrainer. Elle s’inquiétait aussi pour sa cabane, bien qu’elle se trouvait dans un coin isolé et tranquille, Lorevine savait que les enfants n’étaient pas forcément gentils, surtout les Reyos, bien au contraire… Entre eux, ils étaient de véritable tigres, c’était bien pour cela qu’elle les évitait soigneusement. Elle voulait être prête à les affronter, plutôt que de se voir couverte de honte parce qu’elle n’aurait rien pu faire contre eux. Perdue dans ses réflexions, le sommeil l’emporta sans qu’elle ne puisse lutter.

Le lendemain, lorsque Syato entra dans la chambre pour réveiller Lorevine, le soleil était levé puis peu sur Ashran, il s’assit sur le bord du lit de sa fille et passa une main sur sa joue pour la réveiller en douceur.

- Petite endormie… Il est temps de se réveiller, je te laisse un peu moins d’une heure pour te préparer et après on y va…

Lorevine grommela un peu avant de s’asseoir sur le lit. Elle se frotta les yeux, s’étira longuement et regarda son père sortir de la pièce. Elle n’avait plus le choix à présent. Encore un peu endormie, le regard de Lorevine se posa sur sa chambre.
Les murs de pierres lissées étaient recouverts d’un fin tissu bleu. Sur le vieux parquet grinçant était posé un petit tapis noir. La pièce en elle-même n’était pas bien grande et très peu meublée, une haute armoire en chêne pour ses vêtements, un lit et un vieux coffre où elle avait entreposé les jouets et jeux qu’on lui avait offert et avec lesquels elle n’avait joué.
Finissant par se lever elle s’arrêta devant l’armoire et attrapa des vêtements au hasard. La petite Reyo enfila une chemise blanche et un pantalon noir troué à différents endroits, puis elle mit ses chaussures, passa une main dans ses cheveux pour se coiffer avant de sortir de sa chambre.
Machinalement, elle s’installa à table, attrapant au passage un bol, du lait ainsi qu’un morceau de pain et de la confiture faite par sa mère. Elle poussa un soupir avant d’entamer son déjeuné, émergeant tranquillement.
Son père passa alors la tête dans l’encadrement de la porte tout en annonçant joyeusement qu’il lui restait dix minutes et il disparu comme il était apparu. L’appétit de Lorevine s’échappa lui aussi et elle but son lait, ne finissant pas le pain avant de rejoindre son père dehors, gardant toujours son air contrarié.

Ils traversèrent les rues de la cité qui s’éveillait, croisant une patrouille de Traqueurs qui avait l’air particulièrement pressé. Lorevine se retourna à leur passage avant de jeter un coup d’œil à son père imperturbable.
Une fois à la boutique, il lui donna quelques instructions et tâches, mettre en place l’étalage, nettoyer la boutique… Pour la Reyo la journée se passa dans l’ennui le plus terrible, mais elle ne voulait pas décevoir son père qui se donnait beaucoup de mal pour elle.


Les jours se suivaient et se ressemblaient, les mois également et même quelques années. La jeune Reyo avait continué de travailler dans la petite boutique que tenait son père, entrant dans une routine qui lui déplaisait fortement, profitant des quelques instants de pauses qu’elle avait pour rendre visite à sa cabane, qui ne faisait que gagner en confort, grâce aux différents matériaux qu’elle récupérait. Mais surtout, elle y allait pour continuer à s’entrainer surement, repoussant tous les jours les limites, gagnant en force mais peut être pas en technique.

Les Arènes… C’était le rêve de beaucoup de jeune hommes, devenir le Champion. Et bien que tous savaient le destin funeste qui était réservé aux perdants, cela ne décourageait pas Lorevine, bien au contraire.

En cette fin de journée, la jeune fille rangeait, comme tous les soirs, l’étalage présent à l’extérieur pendant que son père, dans l’arrière boutique, comptait la recette de la journée. Seulement, quelque chose, ou plutôt quelqu’un attira son regard. Un jeune garçon un peu plus âgé qu’elle déboucha en courant d’une des nombreuses artères de la large rue, les lunettes sur son nez affinait son visage encadré par de long cheveux blond, qui pour la plupart étaient attachés en arrière. Il se retournait parfois, jusqu’à ce qu’une voix devant lui le fit stopper net.

- Pas si vite toi !

Le coureur reprit un peu son souffle avant de se redresser et de soutenir le regard du jeune qui l’avait arrêté. Il paraissait si calme… D’autant plus que trois autres adolescents arrivaient et se plaçait tout autour de lui, ne lui laissant pas de place pour s’enfuir.

La Reyo jeta un coup d’œil vers la boutique se demandant si elle devait prévenir son père, mais la réponse vint d’elle-même lorsque des bruits de coups lui parvenaient aux oreilles. Lorevine se retourna et ouvrit ses yeux en grand. Les quatre enfants s’étaient jetés sur celui aux cheveux blond et avaient commencés à le frapper. Ce dernier avait plutôt l’air de donner pas mal de fils à retordre aux autres ! Ils se défendaient, esquivant les coups, en encaissant d’autre et en laissant ses poings frapper avec beaucoup de force pour une personne de sa carrure. Mais la jeune fille trouvait que cela n’était pas vraiment équitable et qu’il méritait quand même un peu d’aide. Elle chercha du regard quelque chose qui aurait pu lui servir d’arme improvisée. Elle lança avec toute sa force au sol une cagette de bois vide et attrapa une des planches avant de courir en direction du petit groupe…

Un bruit sourd et un Reyo qui s’écroula face contre terre et le jeune garçon en profita pour en mettre un autre au sol en lui envoyant son poing dans la figure, et le craquement qui accompagnait le coup laissait à penser que celui-ci devait avoir le nez cassé.
Alors Lorevine continua de profiter de l’effet de surprise qu’elle avait provoqué, et asséna un coup dans le genou du troisième qui chuta à son tour avec un gémissement de douleur, ce qui stoppa le dernier dans son élan.

Un peu de sang coulait de la tempe du jeune blond qui se redressa, toujours aussi calmement, s’adressant au Reyo qui restait alors que Lorevine se tenait toujours en garde, prête à frapper au moindre mouvement suspect.

- Récupère tes potes et dégage, je ne suis pas votre souffre douleur et ceux de la bande non plus mettez vous cela dans le crâne, une guerre entre nos groupes est inutile, je te l’ai déjà dit.

Après quelques secondes de silence et d’immobilité, l’agresseur hocha de la tête, ayant perdu quelques couleurs au passage, il aida le Reyo encore conscient à se relever et chacun d’entre eux prirent un de leur camarades pour évacuer les lieux sans demander leur reste. La jeune fille abaissa son arme avant de sourire un peu et de poser une main sur une hanche.

- J’sais pas c’qu’ils te voulaient ceux là mais c’était pas très réglo, quatre contre un ! Et pis quoi encore ! J’aime pas les lâches dans c’genre !

- Merci… Mais tu n’aurais peut être pas dû t’en mêler, leur intelligence est assez peu développée et cela ne serait pas étonnant de les voir revenir un peu plus armé…

- Et ben qu’ils viennent ! Lança la Reyo en toute insouciance. J’m’appelle Lorevine. Lorevine Edrain, ravie d’faire ta connaissance.

- Et moi je suis Alpha.

C’est alors que la voix de Syato interpella les deux jeunes gens et en voyant la tête que Lorevine faisait à ce moment là, la suite n’allait pas être des plus réjouissantes. Et elle ne se trompait pas ! Elle tenta de s’expliquer mais en vain alors elle se tût, n’écoutant même plus les sermons de mon père. La jeune fille adressa un clin d’œil amusé à Alpha avant de se laisser entraîner jusqu’à la boutique où elle reprit alors le rangement de l’étal.
Mais elle était ailleurs, se remémorant avec un peu de fierté ce qui venait de se passer, c’était la première fois qu’elle frappait sur autre chose que le pilier de pierre ou les pantins en bois qu’elle avait crée. Et c’était avec une joie certaine qu’elle pouvait constater que ses entraînements secrets n’avaient pas été vains. Son corps s’était endurcit, ses muscles avaient commencés à bien se développer, étant à présent capable de tenir un semblant d’arme et de frapper avec suffisamment de force. Certes, elle avait encore beaucoup à apprendre mais ce début l’encourageait à continuer dans la voix qu’elle avait empruntée.



La jeune Reyo profitait d’un de ses jours de repos. Les habitudes étaient bien ancrées dans son rythme de vie depuis maintenant 3 années et son père lui donnait à présent une compensation pour son travail. Rien de bien exceptionnel mais cela suffisait à la jeune fille. Il fournissait donc Lorevine en matériel divers qu’elle stockait dans sa cabane qui commençait à devenir une véritable petite maison.

Aujourd’hui, Alpha était accompagné. Depuis leur première rencontre, les deux enfants, à présent adolescent, se voyaient régulièrement et s’entraidaient. Seulement ce n’était pas suffisant pour le chef du groupe…

- J’croyais que c’était dans une cabane qu’on la trouverait…

Kero était un peu plus grand et costaud que le Reyo aux long cheveux, d’ailleurs les siens étaient noir et ses yeux d’un vert émeraude assez impressionnant.
Alpha se tourna vers lui avec un léger sourire au coin des lèvres.

- Oui. C’est bien ce que j’ai dit. Elle est là. Ce n’est pas sans raison que j’ai pris ma décision sans la soumettre au groupe… Il s’arrêta à quelques mètres de l’entrée. Lorevine !?

Quelques mouvements à l’intérieur trahissaient la présence de l’adolescente et la porte s’ouvrit, dévoilant la Reyo. Elle avait changé depuis ce jour devant la boutique. Ses cheveux avaient poussés et on pouvait constater qu’elle n’apportait toujours pas d’importance à sa coiffure. Ses yeux bleu scrutaient sans vergogne les deux arrivants de la tête aux pieds, et une main sur une hanche dévoilait une silhouette fine, musclée et qui commençait à devenir très féminine. A n’en pas douter, celle-ci dans quelques années pourrait faire tomber beaucoup d’hommes comme des mouches.

Kero qui ne l’avait encore jamais vu était resté bouche bée et son compagnon lui donna un coup de coude dans les côtes pour le ramener à la réalité. Le grand se pencha un peu vers lui en murmurant.

- Prochaine fois, tu me préviens… Que je puisse me montrer sous un meilleur jour…

Sans répondre, Alpha s’approcha de la cabane, commençant les présentations.

- Lorevine, voici Kero, un des membres de mon groupe dont je te parle souvent.

- Salut. Entrez, on s’ra plus tranquille à l’intérieur. Y a toujours quelques jaloux pour foutre leurs nez où il faut pas.

Une fois tout le monde entré et installé sur les caisses qui faisaient office de chaises, la Reyo posa sur la petite table une boite avec de quoi grignoter, faisant signe à ses amis de se servir.

- Bon, j’aime pas quant tu tournes autour du pot et là, ça fait quelques semaines qu’tu fais dans l’mystère alors dis moi c’qui y a et pourquoi t’as fait v’nir c’truc là.

Kero sembla s’irriter un peu, s’agitant sur sa caisse, prêt à riposter mais d’un regard Alpha le fit taire et s’adressa à Lorevine.

- C’est au sujet de mon groupe. Comme tu le sais, nous nous entrainons ensemble, montons quelques coups pour s’amuser un peu. Je sais qu’au début, tu n’étais pas trop intéressée mais je me dois à présent d’insister. Tu as ta place parmi nous et tu serais un atout non négligeable pour notre prochaine affaire.

- Tu y tiens vraiment hein…

- On pourra t’aider pour ton entrainement, te procurer des armes par exemple, Alpha nous a dit que tu t’débrouillais bien et tu pourras apprendre aux plus jeunes aussi ! Intervient Kero. C’est vrai qu’on manque de femme dans l’groupe !

- Hey oh ! C’est pas parce que j’suis une nana qui faut m’prendre pour la boniche et la garde de mômes !

La Reyo abaissa avec force son poing sur la table en posant son regard sanguin sur celui aux cheveux noir. Et un sourire naissait sur les lèvres d’Alpha qui enchaina.

- Parfait. Je savais qu’il allait te plaire. Rendez vous demain soir dans les quartiers Est. Je te présenterais tout le monde…

avatar
Lorevine

Messages : 950
Points : 963
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un quelque chose loin d'être fini...

Message  Lorevine le Dim 25 Sep - 17:26

Et le début du chapitre 2 x)



Chapitre 2


Pour commencer, il y avait Egan, cheveux châtain coupé court, des yeux marron reflétant sa fierté, semblant jauger ceux qui osaient soutenir son regard. Il était plus âgé que Lorevine mais de peu bien qu’il faisait facilement une tête de plus qu’elle. La Reyo se doutait qu’ils seraient tout les deux en compétition s’ils ne trouvaient pas rapidement un terrain d’entente.

Shanahan le séducteur, très bon orateur, spécialiste de la diplomatie, c’était lui qui représentait le groupe lorsque des problèmes avec les autres Reyos venaient à leur rencontre. Il fallait avouer qu’il était plutôt beau gosse. De longs cheveux marron dotés de quelques reflets rouge, mettaient en valeur des yeux bleu bordé de noir, hypnotisant, il était difficile de se détacher de son regard, une fois que l’on s’en trouvait prisonnier. Il connaissait ses atouts et savait s’en servir, faisant de lui un très bon manipulateur.

Il y avait également Melvin, lui, c’était le timide et le discret de la bande, il tenait certainement le rôle d’éclaireur et d’informateur. Son physique passe-partout devait beaucoup l’aider. Cheveux noir, yeux gris-vert, pas très grand et pas très costaud non plus, du même âge que Lorevine, il était un des premiers membres qu’Alpha avait recruté.

Et sans oublier… Kero, qui pour l'occasion c'était particulièrement bien habillé.

- Tu as ici la tête de liste du groupe. Nous prenons les décisions tous ensemble, nous ne nous cachons rien, nous formons les plus jeunes, les nouveaux membres. Pour le moment c’est ici notre QG, en attendant de trouver mieux… Il est fréquent que des groupes de jeunes se réunissent avant d’aller dans les bars, notre présence ici n’a rien de suspect.


Shanahan prit la parole, interrompant leur chef dans cette brève présentation.

- Alors toi, tu es Lorevine, c’est bien cela ?! Je ne peux te souhaiter que la bienvenue parmi nous et j’espère que tu y seras bien, si tu as le moindre problème, la moindre question, n’hésite surtout pas à venir me voir, je suis à ton entière disposition. Oh et puis appelle moi Shan, après tout, tu viens d’entrer dans mon cercle d’intimité.


La jeune Reyo resta figée quelques secondes puis se tourna tout doucement vers Alpha tout en désignant Shan.

- Il est toujours comme ça c’lui là ?
Sans attendre de réponses, elle posa une main sur une hanche et regarda le séducteur. Ecoute, moi aussi j’vais être clair, c’est sûr qu’t’es super mignon mais j’suis pas intéressée, j’suis pas v’nue ici pour m’faire draguer, donc tu reste à une certaine distance de moi tant qu’tes hormones sont pas calmes sinon j’risque de t’faire mal, et ça s’rait dommage d’abimer c’joli p’tit minois… Shan…

Elle lui adressa un sourire en penchant un peu la tête sur le côté, confirmant qu’elle ne plaisantait pas du tout, puis elle s’avança vers un muret et s’y installa.
C’est alors que Melvin ce racla la gorge, souhaitant certainement attiré l’attention avant que les choses ne dégénèrent… et les habitués ne tardèrent pas à se tourner vers lui.

- Je… J’voulais juste vous rappelez la raison de cette réunion, c’est pas que nous ne sommes pressé mais… presque, et il faut que Lorevine soit informée, surtout si elle y participe.

- En effet… Reprit Alpha. Nous allons piller une forge. Nous avons besoin d’un minimum d’armement pour nos entrainements, ce que nous avons n’est pas suffisant et le groupe de Zethar ne nous prend toujours pas au sérieux, ils ont prit une embuscade un de nos jeunes et il n’ose plus revenir à présent. Nous ne pouvons pas nous laisser faire.
avatar
Lorevine

Messages : 950
Points : 963
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum