[Lexos] Boomer's

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Midô Ban le Jeu 26 Jan - 0:53

"Très bien."

Le pirate pourrait rire de son expression. Surprise mêlée de déception, avec une pointe d'incertitude.

Il lui glisse une main sur le cou, passant évidemment par ses avantages plantureux. Il la sent prête à tout arrêter. Ca ne se passe pas comme ça devrait. Pas comme elle le veut. Mais il garde juste assez d'initiative avec sa main gauche, qui la caresse là où vont les pensées de ses hommes. Elle préfère un départ rapide, mais il s'évertue à y mettre de la tendresse, du temps, de la précaution. Son autre main passe de son cou à son dos, glisse un ongle qui la caresse aux endroits les plus sensibles, là où personne ne la touche. La zone n'a même pas besoin d'être érogène. Il suffit qu'elle ait été délaissée pendant trop longtemps, pour qu'une caresse subtile et experte déclenche un frisson de plaisir.

Mais si le pirate, après de longues, longues nuits et années d'entraînement, est suffisamment expert pour entretenir son intérêt, il ne peut combattre l'insatisfaction grandissante de sa compagne.

Ah, qu'est-ce qu'il donnerait pour une nuit simple ? Juste des caresses, du plaisir, un peu de frustration, un zeste d'extase et le sommeil.

Mais il ne pense pas à une autre. Olympe le ressent toujours. Et elle le ressentirait maintenant malgré son trouble.

Car il s'agit bien, encore une fois, au travers de cet acte sexuel, d'une guerre de contrôle. En tous cas, pour Ban, c'en est une.

Et par tous les dieux et leurs putains, il s'évertue à donner tous les signes d'une reddition. Soumis, il la satisfait physiquement du mieux qu'il peut. Il laisse même un léger mouvement de hanches trahir son excitation réelle. Il la couvre des attentions les plus diverses, qui épicent agréablement le plaisir long et montant qu'elle commence à éprouver. Il la laisse retomber dans les positions qu'elle préfère, où elle se sent la plus belle, il laisse sa position changer légèrement, la rendant plus agréable pour elle et plus difficile pour lui.

Il laisse son esprit se dissocier de la réalité. Les paupières closes, elle voit le pirate au regard fou et intraitable qui lui a fait tant envie. Elle ne le reconnaît pas dans cet homme qui se laisse vaincre sans vraiment combattre, comme déjà brisé. Elle ne peut y croire. Et ne voudrait y croire. Si ce n'était pas si diablement plaisant. Elle a gagné ! Elle l'a vaincu. Cela aura pris une romance de plusieurs années, une longue attente, une grosse bagarre et tant et tant de choses encore, mais elle a enfin vaincu. Ses mouvement se sont accélérés et elle sait où il l'emmène. Là où elle veut aller. Et il l'y emmènerait maintenant, si elle lui demandait, mais elle retient sa main. Déception, tristesse, triomphe... Elle veut néanmoins, malgré les émotions qui se peignent sur son visage et son sourire, un dernier signe de reddition.

Et elle l'obtient.

Lentement, avec tous les soins du monde, selon la manière qu'elle demande, avec les moyens qu'elle réclame, les indications qu'il suit, ils s'unissent. Selon ses termes à elle uniquement. Plaisir, soupirs, tout se mêle, mais malgré tout une émotion revient, plus forte. Une phrase, un sentiment.

Dédain. Tu n'étais donc que ça.

Dédain. Tu n'étais donc que ça.

Surprise soudain par la réflexion qu'elle voit dans les yeux de son amant, elle doute, elle bascule, tant physiquement que mentalement, elle se retrouve sur le dos, le métal froid remplaçant la tendresse de son amant, dans ses épaules, dans sa nuque, et maintenant dans ses jambes et sur son flanc, alors qu'il la retourne sur le côté sans ménagement.

L'expression du pirate ne change pas. Et elle aime ça. Après tant d'années, il arrive encore à assouvir ses désirs. Chaque homme est une découverte. Une fois. Comme une carte inexplorée où peut se trouver, ou non, un trésor enfoui. Enfin, chaque homme, en tous cas les premiers instants, après, les grandes lignes se dessinent et tous seraient très surpris, confrontés à ce sujet, de constater à quel point ils sont similaires. Beaucoup de femmes seraient également très surprises. Meilleures ? Pas toutes. Différentes ? Même pas tant que ça.

Et pourtant, lui, il dévoile une nouvelle facette à chaque envie. Dans ses yeux d'amante, le reste du monde est fou de le croire fou. Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg.

Elle s'accroche à lui, il ne l'empêche pas. Ils savent tous deux qu'elle ne reprendra pas le dessus, pas ce soir.

Lui, fou ? Quelle bêtise. La folie, rien de plus ennuyeux. Car personne ne se sait fou. Jamais vraiment fou. Alors il est impossible de se renouveler, de se diversifier. Un fou est emprisonné dans sa folie. Il nous surprend toujours car il agit à un niveau qui nous dépasse, mais il ne change jamais vraiment. Ban ? Alors qu'elle lève les yeux vers son regard satisfait, dédaigneux mais pas méchant ni méprisant, elle voie l'homme qui la caressait avec tout l'amour du monde. Il est toujours là. Simplement recouvert par mille et mille personnalités, mille et mille facettes. Il n'est qu'une infime partie d'un tout, et pourtant il y aurait de quoi presque remplir un homme. A travers l'éclat de cet oeil maléfique, elle voit. Elle voit Ban. Elle voit sa nature. Elle voit le chaos. Elle voit sa défaite.

Il ne la "prend" pas. Il la tringle. Comme il tringlerait une servante bébête assez conne pour tomber dans le panneau.

Dédain. Mais pas de mépris. La limite, la ligne, entre les deux est fine, perdue, trouble, mais il ne la franchit pas. La nuance ? Le jugement qu'il porte sur elle n'est pas un jugement de valeur. Et il existe un monde, dans cette différence. Entre une servante un peu bête mais qui nous plaît quand même, et une esclave, dont la seule raison d'être est de satisfaire nos besoins sexuels. Même plus une personne. Un moyen.

Non, alors qu'il accélère ses mouvements, l'attrape par le poignet, cherche le meilleur angle, soupire, cherche son regard de son oeil, Ban fait d'elle, pour un coup, sa salope.

Parce qu'il la tringle. Avec toute la rustre brutalité dont il est capable en cet instant. Il cherche son bonheur, sa satisfaction personnelle. Mais ce n'est pas tout. Il va plus loin, beaucoup plus loin. Une soumission physique ? Bah ! Il n'a jamais aimé les violeurs elle le sait. Ce pirate méprise le physique, le matériel. Comme en atteste son vaisseau. Et son équipage squelettique. Non, si, sous ce ciel, elle est sa salope, c'est parce qu'il la tringle et qu'elle adore ça.

Son petit numéro de soumis l'a excitée bien plus qu'elle n'oserait l'accepter, bien plus qu'elle ne l'avait su, tellement son incertitude, son état d'esprit l'avait écartée de ce désir physique. Et maintenant qu'elle se sentait prête à perdre, à se laisser faire sous ce regard fauve, le mental s'alliait au physique. Il aurait pu glisser, sortir, tant qu'il n'avait cessé ce mouvement hypnotique, son plaisir n'aurait pas décru. Elle était lancée. Et diablement bien. Même sa rudesse, bien que maîtrisée, ne déclenchait dans son état que des vagues toujours croissantes et toujours plus rapprochée.

Se fiant sans même y penser à ses paroles qui pourraient être parfaitement injustifiées, elle laisse partir sa voix, des phrases incohérentes, enfiévrées, elle sent l'impulsion monter et retient de justesse un cri.

Qui explose sous un dernier moment adroit du pirate, qui la prend dans ses bras, cale sa tête contre le creux de son épaule et lui susurre un mot à l'oreille. Même pas à proprement parler un mot doux, juste son petit nom, qu'il lui donne en privé.

Et pendant ce cri, elle est heureuse.

Et alors que l'écho se perd, elle ne peut refuser de croire qu'il l'a fait pour elle. Pour ça. Pour sa joie. Son plaisir. Que pour ce tout petit instant de vacuité emplie de plaisir intense, il a dû lui vider l'esprit, puis le corps, elle n'imagine pas d'autre moyen pour arriver à ce cri que celui qu'il a pris. Encore une fois, il lui fait goûter à la joie d'être sa salope.

Elle se demande pourquoi elle peut presque voir l'image d'un Ban tout gamin, à qui un enfant à peine plus adulte explique que la nana en petite tenue, c'est la salope du grand pirate. Elle voit même l'expression de ce gamin. Sa détermination inexplicable.

"Bein moi, ma salope, elle sera heureuse !"

Elle entend ce ton aussi clairement que s'il venait de lui susurrer à l'oreille.

Ses jambes lâchent, ses bras lâchent, mais il ne la laisse pas tomber, debout, il la laisse glisser doucement sur le sol à ses pieds. Ses genoux touchent le métal que leurs ébats a chauffé vers une douce tiédeur. Et elle remarque également, devant son nez, une virilité parfaitement raide. Elle est venue seule. Une pointe d'amertume lui vient.

Comment est-elle censée croire que cet homme ne pense qu'à lui, en cet instant ?


"Tu as encore bien des talents que j'ai envie de te voir mettre en pratique."

Un sourire carnassier, un ton arrogant, il la remet à la place qu'il lui donne, mais ne la rabaisse pas, ne l'avilit pas. Même pas un mot méchant.

Cet homme mourrait-il pour lui ?

L'homme en question reprend son souffle, prêt au pire, ainsi qu'au meilleur.

Ce qui, en ce moment, serait qu'elle ouvre sa délicieuse petite bouche brûlante pour mettre en pratique des talents dont bien des hommes aiment et que bien peu reçoivent. Seuls ceux qui peuvent la prendre, la mettre à leurs genoux et lui demander de finir le travail. Grosso modo, à sa connaissance, lui seul. La femme pirate n'est pas patiente et, sauf cas de domination exceptionnels, préfère goûter au plat de résistance avant la pause du serveur. Il est donc bien rare qu'elle lui autorise une pause avant. Et tout aussi rare qu'il tienne jusqu'au bout.
avatar
Midô Ban

Messages : 775
Points : 776
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Lysensei le Jeu 26 Jan - 10:49

Olympe lève vers Ban un regard presque amoureux. A genoux, près, si près de lui, elle se redresse et glisse les mains sur ses cuisses, sans quitter ses yeux fous. Elle a été charmée, conquise, comblée, et s'en voudrait presque.Si elle avait tenu les rênes, du début à la fin, elle aurait pu l'achever. Sans le moindre mal. Mais cela, elle n'y est parvenue qu'une fois, la première fois, quand Ban ne la connaissait pas encore et qu'il ignorait quel genre de femme elle était réellement, derrière son assurance turquoise.
Elle ne se permettrait jamais de le laisser sur sa faim. Il n'est pas homme que l'on déçoit, se montrerait rancunier, et la priverait de sa présence, et du plaisir que lui seul sait lui donner.Alors la pirate s'applique à lui offrir une toute dernière faveur, bien loin de se sentir diminuée par cet acte.
Non. Car elle tient ainsi les rênes.
Elle seule peut décider de le laisser se languir, en l'excitant davantage sans lui permettre d'attendre sa limite, elle seule peut choisir quel genre de plaisir lui infliger, et à quel rythme. Olympe n'a pas souvent recours à ces méthodes, car bien peu d'hommes peuvent se vanter d'être capable de la dompter, mais elle sait qu'il s'agit d'un point sur lequel elle est infaillible.
Elle prend son temps, sans commettre la moindre maladresse, s'amuse, le titille, cherche à déclencher les premières bouffées de chaleur, puis les premiers frissons. Ses mains se promènent, le touchent, l'effleurent, montant jusqu'au bas de son dos avant de redescendre vers ses genoux. L'une d'entre elles, plus téméraire, s'engage lentement entre ses cuisses pour caresser une partie tout aussi sensible que celle qu'elle a en bouche.
Alors olympe le maîtrise totalement. Bien qu'à genoux devant lui, elle prend de l'aval sur le pirate, et en joue. Elle se fait plus insistante, plus impétueuse, alors qu'il ne peut s'empêcher de noyer ses deux mains dans ses belles boucles rousses. Elle refuse de se laisser guider, n'en fait qu'à sa tête, agit comme bon lui semble, tantôt brûlante, tantôt glaciale. Et elle le fait bien.
Très vite Ban sent l'extase le saisir, mais là encore, elle le laisse patienter. Il voudrait l'encourager à le libérer, mais elle s'amuse encore un peu de ses soupirs incontrôlés, de sa respiration irrégulière, et n'attaque que quelques secondes plus tard, cruelle, avec une franchise qui lui arrache un cri. Et quand Ban perd le contrôle, dépassé par le plaisir, Olympe accepte ce que bien peu de femmes accepteraient, et ne se détache pas de lui.
Quand elle se relève, frottant son corps contre celui de Ban avec un sourire des plus satisfaits, elle se sent toute-puissante. Elle dépose un baiser sur les lèvres du pirate, avant de chercher à capter son regard.


"Comme ça je suis sûre que tu reviendras."
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 30
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Midô Ban le Jeu 26 Jan - 11:04

Ah, cette femme le surprendra toujours. S'il s'agissait d'une relation, il se dirait qu'un jour il leur faudrait un peu plus de stabilité, au lieu de changer de dominant toutes les secondes.

Le pirate ne bronche pas au baiser. Il est habitué à sa propre odeur.


"Bien sûr que je reviendrai. Des comme toi, il n'y en a pas deux."

Il n'a aucun mal à la laisser "gagner" pour ce soir. Il n'a pas besoin de planter ses yeux dans les siens et de lui dire qu'elle l'appellera à corps et à cris bien avant qu'il ne repasse à portée. Pendant quelques secondes, il n'est pas d'humeur à l'affrontement.

Il reboucle tout simplement son pantalon.

Il s'est fait enfler, il le sait. Soit maintenant, tout de suite, par Olympe et l'embuscade ne va pas tarder, soit quand il retournera au vaisseau, il aura l'immense plaisir de voir que Danny a disparu. Il n'a pas oublié l'homme... Non, la créature, qu'il a vu quelques instants au Bloomer.

Ce qui ne l'empêche pas de glisser un sourire carnassier et torride à Olympe.


"Et tu comptes payer l'ascenseur comment ?"

Car il ne faut pas oublier qu'ils sont tout en haut d'un immeuble abandonné.

Hey.

La prudence n'interdit pas le plaisir... Oui, si c'est le cas, au diable la prudence.
avatar
Midô Ban

Messages : 775
Points : 776
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Lysensei le Jeu 26 Jan - 11:18

Olympe part d'un bon rire, récupérant son corset et le laçant avec la main de celle qui s'habille toujours seule. Elle glisse un regard amusé et complice vers Ban.

"En monnaie de singe, évidemment."

Elle vient se coller à lui, passe un bras derrière sa nuque, et enroule celui de son partenaire autour de sa taille.

"Avec moi, un paiement en vaut toujours deux! Tu n'as quand même pas oublié!? "

Elle lui tapote la joue avec une pointe d'arrogance.

"Mais si tu insistes...Je veux bien enseigner deux trois choses à ta jolie blonde!"
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 30
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Midô Ban le Jeu 26 Jan - 11:59

"Toi et tes idées..."

Ban lui glisse une main dans le cou, l'autre sur la taille... Et en profite pour lui voler une boucle d'oreille !

"Je vais plutôt garder une preuve de cette petite soirée, que l'éclat de tes cris restent vivaces dans mon esprit."

Il la bloque entre ses dents, dégaine son arme et se jette dans le vide, toujours sans lâcher Olympe.

Quelques flammes plus tard, ils se posent sans encombres, Ban la relâche, mais garde le bijou.

Et, tranquillement, il se met en route. Leurs vaisseaux sont dans la même direction de toute façon.


"Hé bé... J'étais pas revenu dans ce coin depuis la baston avec Kalim Al'Kassaran... Ca fait une paye ! Hm ? Tu avais quelque chose à me dire ?"
avatar
Midô Ban

Messages : 775
Points : 776
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Lysensei le Jeu 26 Jan - 14:05

Tout en avançant, elle lui colle un doux baiser dans le cou.

" Non, rien de particulier..."

Elle observe les bâtiments alentours, sourire au lèvres. Ban se souvient avoir laissé cet endroit aussi dévasté qu'il l'est à présent.Ou plus. Ou moins? Finalement, il ne se souvient peut-être pas si bien qu'il le croit.


"Ils avaient fait du bon travail après votre passage, à Kalim et toi. Tu sais qu'ils avaient rénové tout le quartier? Ici aussi le reyo s'est fait plaisir! Trois jours après son petit coup de folie, cette maison là-bas, tu la vois? Eh bien elle brûlait encore! Un sérieux rival pour tes flammes, mon pirate!"

Elle glousse.

"Et pas que...! Dis-moi, tu as remis ton vaisseau en état depuis?"
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 30
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Midô Ban le Jeu 26 Jan - 14:34

"Ca a été un putain de bordel, mais ouais. Et voilà que trois semaines plus tard, je tombe sur un autre enfoiré et tout est à réparer... Ce vaisseau est maudit, c'est moi qui te le dis."

Ah les petites discussions après le sexe.

Génial.

Ils arrivent malgré tout assez vite là où leurs chemins se séparent.
avatar
Midô Ban

Messages : 775
Points : 776
Date d'inscription : 04/06/2009
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Lysensei le Jeu 26 Jan - 14:38

*[Lexos] Spatioport*
avatar
Lysensei
Admin

Messages : 4076
Points : 4645
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 30
Localisation : Partout!

Voir le profil de l'utilisateur http://horusia.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Lexos] Boomer's

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum